La série des premiers ministres - Conférenciers

Page d'accueil Série P.M.

LE TRÈS HONORABLE BRIAN MULRONEY, C.P., C.C., G.O.Q., LL.D.

image Brian Mulroney

En septembre 1984, Brian Mulroney menait le Parti progressiste‑conservateur à la plus importante victoire de l’histoire canadienne et devenait ainsi le dix-huitième premier ministre du Canada.

Quatre ans plus tard, il était réélu avec un gouvernement majoritaire, devenant ainsi le seul premier ministre canadien en 35 ans à obtenir un gouvernement majoritaire au cours de deux mandats successifs et le seul premier ministre conservateur à le faire en 100 ans. Il démissionnait en juin 1993, après avoir été premier ministre pendant près de neuf ans.

Son gouvernement a été à l’origine d’audacieuses nouvelles initiatives, comme l’ Accord de libre-échange entre le Canada et les États-Unis, l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) et le Traité sur les pluies acides intervenu entre le Canada et les États-Unis. En plus de réaliser de nombreuses privatisations, le gouvernement Mulroney a mis en œuvre une politique anti-inflationniste, une réforme fiscale historique, un vaste programme de déréglementation et des politiques en matière de réduction des dépenses qui forment encore aujourd’hui le fondement de l’impressionnante performance économique du Canada.

M. Mulroney a également été coprésident du Sommet mondial pour les enfants des Nations Unies et son gouvernement a joué un rôle de premier plan au cours de la campagne contre l’apartheid en Afrique du Sud, de la création du Sommet de la Francophonie et de la guerre du Golfe.

M. Mulroney est né en 1939 à Baie-Comeau, au Québec, et a grandi au sein d’une famille de six enfants. Fils de Benedict, électricien à la Quebec North Shore Paper Company, il a obtenu son diplôme d’études secondaires au St. Thomas College, à Chatham, au Nouveau-Brunswick, son baccalauréat avec spécialisation en sciences politiques à l’Université St. Francis Xavier, à Antigonish, en Nouvelle-Écosse, et sa licence en droit à l’Université Laval, à Québec.

Il a pratiqué le droit à Montréal et a agi à titre de président de la Compagnie Iron Ore du Canada avant de faire le saut en politique en devenant chef de parti en 1983 et chef de l’opposition officielle à la Chambre des communes, où il a été élu pour la première fois en 1983 et réélu en 1984 et en 1988.

Après son départ de la politique, M. Mulroney a joint de nouveau les rangs du cabinet d’avocats montréalais Norton Rose Fulbright à titre d’associé principal.

Il est président du conseil d’administration de Québecor inc. et agit à titre d’administrateur de The Blackstone Group L.P. (New York) et de la Wyndham Worldwide Corporation (New Jersey).

Il est également président du conseil consultatif international de la Société aurifère Barrick Gold (Toronto).

M. Mulroney est en outre administrateur de la Fondation de l’Institut de Cardiologie de Montréal et membre du Conseil consultatif international de HEC Montréal.

En 2018, il a été intronisé au Temple de la renommée Terry Fox pour avoir contribué de façon extraordinaire à enrichir la qualité de vie des Canadiennes et Canadiens handicapés physiquement.

M. Mulroney s’est vu remettre le plus grand honneur du Canada, celui de Compagnon de l’Ordre du Canada, et il a également été nommé grand officier de l’Ordre national du Québec. Par ailleurs, il s’est vu remettre le prix Woodraw Wilson for Public Service ainsi que le prix George Bush for excellence in Public Service.

Il a en outre reçu la plus haute distinction de la part du gouvernement des pays suivants pour son leadership dans le cadre de dossiers cruciaux pour le pays en question :

•                Haïti – Grand-croix de l’Ordre national Honneur et Mérite (1994)

•                Ukraine – Ordre du roi Iaroslav le sage, première catégorie (2007)

•                Japon – Grand Cordon de l’Ordre du Soleil levant (2011)

•                Afrique du Sud – Compagnon suprême de O.R. Tambo (or) (2015)

•                France – Commandeur de la Légion d’honneur (2016)

M. Mulroney a en outre obtenu des doctorats honorifiques et des prix d’universités ainsi que des prix d’autres gouvernements au pays comme à l’étranger.

En 2000, l’Institut d’études nord-américaines de l’Université McGill a déterminé que M. Mulroney détenait le meilleur bilan économique de tous les premiers ministres depuis la Seconde Guerre mondiale. En 2003, l’Institut de recherche en politiques publiques l’a placé deuxième dans un classement des meilleurs premiers ministres des 50 années précédentes. En 2006, un panel des groupes environnementaux canadiens les plus importants a déterminé qu’il était « le premier ministre le plus vert de l'histoire ». En 2007, son autobiographie, Mémoires, est devenue le succès de librairie numéro un au Canada et a été décrite par l’Ottawa Citizen comme « les plus complets et les meilleurs mémoires d'un premier ministre de l’histoire canadienne ». En 2009, un sondage mené par le journal Hill Times a désigné M. Mulroney comme l’ancien premier ministre « le plus admiré » du Canada.

En 1973, il a épousé Mila Pivnicki et ils ont eu quatre enfants : Caroline (1974), Benedict (1976), Mark (1979) et Nicolas (1985).

Ils habitent à Montréal, au Québec.

MERIEL BRADFORD

image de Meriel BradfordAujourd’hui semi-retraitée, Mme Beament Bradford a occupé des postes d’importance au sein du gouvernement et du secteur privé. En tant que membre de l’équipe ayant négocié l’accord de libre-échange entre le Canada et les États-Unis, elle a été responsable de la conclusion du premier accord international ayant force obligatoire en matière de commerce des services au Canada. Elle a de plus été négociatrice en commerce des services pour le compte du Canada au GATT (l’organisation ayant précédé l’Organisation mondiale du commerce) et pour les chapitres concernant les services et l’admission temporaire de l’ALENA. Mme Beament Bradford a également été cadre au sein de deux sociétés internationales importantes, Alcan Aluminium et Teleglobe. Le dernier poste qu’elle a occupé dans la fonction publique est celui de membre du Tribunal canadien du commerce extérieur, un organisme quasi judiciaire qui traite les causes touchant le droit commercial international, les questions de douanes et d’accises, et l’approvisionnement gouvernemental.

Elle a siégé à de nombreux conseils d’administration à titre bénévole, notamment en tant que présidente du Rideau Club d’Ottawa, de présidente de la Fondation canadienne pour les Amériques (FOCAL), de présidente des écoles Montessori d’Ottawa, de membre du forum des cadres sur la propriété publique de l’Université Queen’s, et de directrice d’autres organismes sans but lucratif. Elle est actuellement directrice au sein du Conseil d’administration de l’Association du Centre Juno Beach, qui gère le seul musée canadien à commémorer la participation du Canada à la Seconde Guerre mondiale, situé à Courseulles-sur-Mer, en Normandie. Mme Beament Bradford fait aussi partie de l’équipe organisant les cérémonies de commémoration du 75anniversaire du Jour J qui auront lieu au Centre. Elle est de plus présidente de Snowberry Investments Limited, une société de portefeuille privée qui investit dans les valeurs cotées en bourse.

Diplômée de l’Université McGill, de l’Université de Toronto et de la Richard Ivey School of Business de l’Université Western, Mme Beament Bradford est de surcroit titulaire d’un certificat en résolution de conflit de la faculté de droit de l’Université Carleton. Conseillère et stratège bilingue chevronnée, elle a travaillé autant sur la scène canadienne qu’internationale.

Mme Beament Bradford est membre bénévole du Comité d’administration de son église et s’implique dans les questions touchant la politique et le développement dans sa collectivité locale de Chelsea, au Québec. Elle et son mari, l’acteur James Bradford, ont trois enfants aujourd’hui adultes et sept petits-enfants, qui habitent un peu partout au Canada.

HON. PAULINE BROWES

image Pauline BrowesL’honorable Pauline Browes, C.P., de l’Ontario, s’occupe depuis longtemps de dossiers concernant l’environnement et l’économie aux niveaux fédéral, provincial et communautaire. Mme Browes a été députée de Scarborough Centre de 1984 à 1993. Elle a occupé les postes de ministre d’État à l’Emploi et à l’Immigration, et de ministre des Affaires indiennes et du Nord canadien. En 1991, elle a été nommée ministre d’État à l’Environnement, au cabinet du premier ministre Mulroney.

De 1995 à 2005, Pauline Browes a siégé au Tribunal de l'environnement pour la province de l’Ontario. Elle y tenait des audiences publiques et rédigeait des décisions en vertu des lois provinciales en matière d’environnement de l’Ontario.

De 2007 à 2012, elle a été directrice de la Table ronde nationale sur l’environnement et l’économie. Il s’agissait d’un conseil consultatif pour le ministère canadien de l’Environnement, qui était chargé de fournir des recommandations au gouvernement du Canada sur les enjeux environnementaux et économiques. De 2012 à 2018, elle figurait parmi les membres canadiens du Comité consultatif public mixte. Le Comité se composait de cinq représentants de chacun des trois pays suivants : Canada, États-Unis et Mexique. Les membres fournissaient des conseils aux trois gouvernements sur des enjeux environnementaux associés à l'Accord de libre-échange nord-américain.

Parmi les nombreuses activités touchant l’environnement et les communautés de Mme Browse, on compte ses engagements actuels en tant que directrice de la Fiducie de régénération du secteur riverain en Ontario et présidente du groupe Friends of the Harwood Waterfront. Elle s’affaire à ces occupations depuis 1999. Depuis 2014, elle est également présidente du groupe Friends of the Rouge National Urban Park, le premier parc national urbain du Canada, situé dans la région du Grand Toronto. Le groupe collabore avec Parcs Canada.

La Fiducie de régénération du secteur riverain est un organisme de bienfaisance qui a établi sa présence auprès des divers échelons du gouvernement, de partenaires municipaux ou du secteur privé, des communautés et des individus. Son objectif est de rassembler les gens, les idées et les ressources en vue de régénérer le secteur riverain et de finaliser le sentier riverain des Grands Lacs. Le groupe caritatif Friends of the Harwood Waterfront promeut et rehausse le secteur riverain du lac Rice, à Harwood, lequel fait partie de la voie navigable Trent-Severn.

Mme Browse possède un baccalauréat en sciences politiques de l’Université York de Toronto, un certificat en règlement extrajudiciaire avancé des différends et en médiation de l’Université de Windsor et un certificat en enseignement du Toronto Teachers College. Elle a trois enfants et deux petits-enfants qui font sa fierté.

DEREK BURNEY

image de Derek BurneyDerek H. Burney est conseiller stratégique principal chez Norton Rose Fulbright. Il est président du comité consultatif international de GardaWorld, président d’Alcanna Inc. et membre du comité consultatif de Paradigm Capital inc.

M. Burney a occupé le poste de président et chef de la direction chez CAE inc. entre octobre 1999 et août 2004. Avant de se joindre à CAE, M. Burney était président et chef de la direction de Bell Canada International inc. (1993 à 1999).

De 1989 à 1993, M. Burney a agi en tant qu’ambassadeur du Canada aux États-Unis. Cette affectation est venue couronner une carrière distinguée auprès du service extérieur canadien. Pendant trente années, il a effectué des missions variées ici et ailleurs, il a notamment été sous-ministre des Affaires extérieures.

De mars 1987 à janvier 1989, M. Burney était chef de cabinet du premier ministre. Il était à la tête de la délégation canadienne lors de la conclusion de négociations dans le cadre de l’Accord de libre-échange Canada-États-Unis Canada-U.S. et il a agi en tant que représentant personnel du premier ministre (sherpa) lors des préparations pour les sommets économiques G-7 de Houston (1990), de Londres (1991) et de Munich (1992).

En février 1992, M. Burney s’est vu remettre le Prix pour services insignes de la fonction publique du Canada. En juillet 1993, il a été nommé officier de l'Ordre du Canada.

M. Burney a reçu un doctorat honoris en droits de l’Université Lakehead, l’Université Queen, l’Université Wilfrid Laurier, l’Université Carleton et l’Université de Windsor.

Il a collaboré à l’écriture du livre Brave New Canada: Meeting the Challenge of a Changing World, publié par McGill-Queen’s en 2014. Ses mémoires en tant que fonctionnaire Getting it Done ont été publiées par McGill-Queen’s en 2005.

M. Burney est né à Fort William, maintenant Thunder Bay, en Ontario. Il a fait ses études à l’Université Queen, où il a reçu un baccalauréat spécialisé et une maîtrise. Il est marié à Joan Peden et ils ont ensemble quatre fils.

DONALD CAMPBELL

image de Donald CampbellEn 2003, le premier ministre nomme M. Campbell co-président canadien du Forum Canada-Japon, un groupe de consultation externe mis sur pied par les gouvernements du Japon et du Canada pour favoriser la promotion des relations bilatérales entre les deux pays. Avant de se joindre à CAE, M. Campbell a connu une brillante carrière au ministère canadien des Affaires étrangères et du Commerce international.

En tant qu’ambassadeur du Canada au Japon, M. Campbell a supervisé le développement important des relations économiques et commerciales entre ces deux pays.

Dans son poste de sous-ministre du commerce international, il a supervisé la négociation de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA), après avoir été profondément impliqué en tant que sous-ministre adjoint dans la conclusion de l’Accord de libre-échange entre le Canada et les États-Unis.

M. Campbell est fréquemment invité à commenter des questions internationales, politiques et économiques sur différentes tribunes, notamment sur les réseaux de télévision canadiens.

M. Campbell a occupé les postes suivants : Vice-président directeur, CAE Inc. (de 2000 à 2007); Sous-ministre des Affaires étrangères (de 1997 à 2000); Représentant personnel du premier ministre lors des sommets du G8 (de 1997 à 2000); Ambassadeur du Canada au Japon (de 1993 à 1997); Sous-ministre du Commerce international (de 1989 à 1993); Sous-ministre adjoint au Bureau pour les États-Unis (de 1985 à 1989); Ambassadeur du Canada en Corée (de 1984 à 1985). Autres mandats internationaux réalisés entre autres au Kenya, au Royaume-Uni, en Jamaïque et aux Etats-Unis.

PETER DANIEL

image de Peter DanielPeter Daniel est un dirigeant principal comptant plus de 35 années d’expérience dans des postes clés de gestion et de communications dans des organisations internationales, au sein de la fonction publique et du secteur privé du Canada. Il a longtemps travaillé auprès de ministres, de sous-ministres, du secrétaire général de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN) et de présidents-directeurs généraux de certaines des plus grandes sociétés du Canada. Il était chargé de la formation et de la préparation en vue d’événements médiatiques, de présentations importantes, d’interventions devant des comités parlementaires et de discours d’envergure.

Il a pris sa retraite après 4 ans au poste de vice-président directeur, Communications et marketing commercial, chez BCE inc. et Bell Canada. Avant de se joindre à Bell, il a occupé divers postes de direction au sein de la fonction publique fédérale : vice-président principal, Agence canadienne de développement international; sous-ministre adjoint, service des communications, ministère des Finances Canada; sous-ministre adjoint, service des communications et de la culture, Affaires étrangères et Commerce international Canada.

Il a également travaillé à l’étranger en 1993 et en 1994 à titre de conseiller international pour les médias et la diffusion au sein du Conseil exécutif de transition gouvernant l’Afrique dans le cadre de l’initiative vers une démocratie multiraciale. De 1977 à 1980, il était le représentant médiatique de l’OTAN. Puis, il est retourné à l’OTAN en 1997, en tant que directeur de l’information et de la presse pendant le conflit du Kosovo.

Peter Daniel a commencé sa carrière à titre de journaliste à la télévision. Il a collaboré avec le réseau anglais de la Société Radio-Canada (SRC) et CTV News en tant que journaliste national à Montréal et à Ottawa. Il a aussi été correspondant à Paris et chef de bureau du réseau anglais de la SRC.

THOMAS D'AQUINO

image de Thomas D'AquinoThomas d’Aquino cumule les casquettes : entrepreneur, philanthrope, administrateur de sociétés, auteur et éducateur.  Président de Thomas d’Aquino Capital, il est également administrateur général d'Intercounsel Ltd., une société privée de conseils stratégiques et de développement qu’il a fondée dans les années 1970.

Auparavant, M. d’Aquino a servi le premier ministre du Canada, le très honorable Pierre Trudeau, en tant qu’adjoint spécial. Il a par ailleurs été professeur associé en droit à l’Université d’Ottawa, où ses cours portaient sur le commerce international et les transactions commerciales à l’échelle mondiale,  et a collaboré avec deux des cabinets juridiques chefs de file au Canada, en assumant les fonctions de conseiller juridique spécial et d’avocat-conseil principal. 

De 1981 à 2009, il a occupé le poste de administrateur général, président et membre du conseil d’administration du Conseil canadien des chefs d’entreprise (CCCE), une organisation qui se compose des chefs d’entreprise des 150 sociétés les plus éminentes du pays ainsi que d’entrepreneurs de premier plan.  Il est membre émérite à vie du Conseil canadien des affaires. 

Comptant parmi les leaders des affaires nord-américaines, M. d’Aquino est reconnu comme étant l’un des chefs de file du secteur privé en faisant progresser tant l’Accord de libre-échange entre le Canada et les États-Unis que l’Accord de libre-échange nord-américain. Il copréside actuellement le Forum nord‑américain, l’institution trilatérale numéro un du continent qui se consacre à faire avancer la coopération entre le Canada, les États-Unis et le Mexique en ce qui a trait aux questions économiques, commerciales, énergétiques, environnementales et de sécurité. 

Né à Trail en Colombie-Britannique, M. d’Aquino a grandi et fait ses études dans la ville voisine de Nelson puis a fréquenté l’Université de Colombie-Britannique, l’Université Queen’s et la University of London (University College London et London School of Economics and Political Science).  Détenteur d’un baccalauréat, d’un baccalauréat en droit, et d’une maîtrise en droit en plus d’un doctorat honorifique en sciences juridiques obtenus des Universités Queen’s, Wilfrid-Laurier et Western,  il est professeur honoraire à l’Ivey Business School ainsi que membre distingué de la School of Public Policy de l’Université de Calgary.  En outre, il est l’auteur de nombreuses publications, y compris le livre influent Northern Edge : How Canadians Can Triumph in the Global Economy.  

M. d’Aquino est par ailleurs membre de l’Ordre du Canada et de l’Ordre d’Ottawa.

LAURA DAWSON

image de Laura Dawson, PHDLaura Dawson est directrice du Canada Institute au Wilson Center. Elle figure sur la liste des 100 personnes les plus influentes en politique étrangère, liste établie par le journal The Hill Times. Madame Dawson est conférencière, auteure et leader d’opinion en ce qui a trait aux questions touchant le Canada et les États-Unis, l’Accord de libre-échange nord-américain, l’Accord de Partenariat Trans pacifique et le commerce international. Avant cela, elle a occupé les fonctions de conseillère principale pour les affaires économiques à l’ambassade des États‑Unis à Ottawa, en plus d’enseigner le commerce international et les relations canado‑américaines à l’Université Carleton. Elle continue d’assumer les responsabilités de conseillère chez Dawson Strategic, une société qui offre des conseils aux entreprises relativement au commerce transfrontalier, à l’accès aux marchés et aux questions de règlementation. Elle est par ailleurs chargée de cours à l’Institut MacDonald‑Laurier ainsi qu’à l’Institut canadien des affaires mondiales. Elle est titulaire d’un doctorat en sciences politiques.

DAVID DODGE

image de David Dodge

Né à Toronto, M. Dodge est titulaire d’un baccalauréat de l’Université Queen’s et d’un doctorat en économie de l’Université Princeton.

Au cours de sa carrière académique, il a enseigné l’économie à l’Université Queen’s, à la School of Advanced International Studies de l’Université John Hopkins, à la Faculté de commerce de l’Université de la Colombie-Britannique, et à l’Université Simon Fraser. Il a en outre occupé le poste de directeur du programme d’économie internationale de l’Institut de recherche en politiques publiques. M. Dodge a reçu de nombreux diplômes honorifiques de diverses universités canadiennes. En 2009, il a été élu membre de la Société royale du Canada.

Durant sa carrière remarquable dans la fonction publique fédérale, M. Dodge a occupé des postes de direction au sein de la Société canadienne d’hypothèques et de logement, de la Commission de lutte contre l’inflation, et du ministère de l’Emploi et de l’Immigration. Après avoir occupé des fonctions toujours plus importantes au ministère des Finances, y compris celles de représentant au G7, il est nommé sous-ministre des Finances, poste qu’il occupera de 1992 à 1997. Dans ce rôle, il a siégé en tant que membre au Conseil d’administration de la Banque du Canada.

En 1998, il est nommé sous-ministre de la Santé; il demeurera à ce poste jusqu’à ce qu’il soit nommé gouverneur de la Banque du Canada.

M. Dodge, qui commence son mandat de sept ans à titre de gouverneur de la Banque du Canada le 1er février 2001, prend sa retraite le 31 janvier 2008. De juillet 2008 à juin 2014, il occupe le poste de chancelier de l’Université Queen’s. De 2009 à 2015, il siège au conseil d’administration de Canadian Utilities Limited, d’ATCO Limited et de la Banque de Nouvelle-Écosse.

M. Dodge est aujourd’hui conseiller principal chez Bennett Jones LLP, l’un des plus importants cabinets d’avocats au Canada. Il siège aussi au conseil de l’Institut canadien de recherches avancées et préside le Conseil national de l’Institut C.D. Howe.

CHRIS FORBES

image de Chris ForbesChris Forbes a été nommé au poste de sous-ministre d'Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC) le 29 mai 2017.

Avant son retour à AAC, M. Forbes a exercé les fonctions de sous-ministre délégué au ministère des Finances de novembre 2016 à mai 2017. Il avait auparavant été sous-ministre délégué d'Agriculture et Agroalimentaire Canada de janvier 2015 à novembre 2016. Au cours de la période de mai 2013 à janvier 2015, M. Forbes a occupé le poste de sous-ministre adjoint responsable de la Direction générale des politiques stratégiques et des bureaux des directeurs généraux régionaux d'Environnement Canada. De novembre 2010 à mai 2013, il a été sous-ministre adjoint à la Direction des relations fédérales provinciales et de la politique sociale du ministère des Finances.

M. Forbes est entré au service du gouvernement fédéral en 2000. Il a occupé plusieurs postes de direction dans les domaines de l'élaboration des politiques, de l'analyse économique et de la réglementation et géré divers programmes régionaux. Il a aussi travaillé pour le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest et la banque Toronto Dominion. M. Forbes est titulaire d'une maîtrise en économie de l'Université McGill.

RÉVÉRENDE CANON LAURETTE GLASGOW

image de Révérende Canon Laurette GlasgowDepuis 2012, la révérende Canon Laurette Glasgow agit à titre de conseillère spéciale pour les relations gouvernementales de l’Église anglicane du Canada et du Diocèse d’Ottawa.

Avant cela, elle a travaillé pour le gouvernement du Canada, notamment au ministère des Affaires étrangères et du Commerce international, au ministère des Finances, au Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada (pendant plus de 35 ans), ainsi qu’au ministère des Affaires étrangères (Canada); elle a assumé de nombreuses responsabilités parmi lesquelles directrice, ambassadrice adjointe et ambassadrice du Canada en Belgique et au Luxembourg, de 1982 à 2008.

DAVID GRAHAM

image de David GrahamDavid Graham, vice-recteur aux études à l'Université d'Ottawa (B.A., Saskatchewan; M.A., Ph.D., Western) est professeur émérite de littérature française à l’Université Concordia (Montréal), où il a été doyen des Arts et des Sciences (2005–2008), provost et vice-président aux études (2008–2012) et enfin, conseiller principal du président en matière de stratégie internationale (2012–2014) avant de prendre sa retraite en 2015. Il avait auparavant occupé des postes de professeur et d’administrateur à l’Université Memorial de Terre-Neuve, où il a été directeur du département de français et d’espagnol (1986–1992; 1999–2002) et doyen de la Faculté des arts (2002-2005). De plus, il a rempli la fonction de coordonnateur du Congrès des sociétés savantes (précurseur du Congrès des sciences humaines) en 1996-1997.

Au cours de sa carrière, il a fait partie de nombreuses organisations sur le plan régional et national, y compris le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada à titre de membre du groupe de travail sur l’avenir des humanités et de président des comités d’évaluation des subventions ordinaires et des subventions à grande échelle. Il reste actif comme consultant et animateur d’atelier en matière de leadership et de gestion en enseignement supérieur.

En 2015-2016, il a passé du temps en Afrique de l’Est comme membre d’une équipe de consultation financée par la Banque mondiale pour conseiller le gouvernement de la Tanzanie au sujet de l’établissement d’études supérieures à Arusha.

Il s’intéresse particulièrement aux relations de travail universitaires, au perfectionnement en leadership, au dialogue entre les cultures universitaires et administratives, à la planification stratégique et à la gouvernance universitaire.

FEN OSLER HAMPSON

image de Fen Osler HampsonFen Osler Hampson est agrégé supérieur de recherche et directeur du programme Sécurité internationale et politiques au Centre for International Governance Innovation (CIGI). Dans le cadre de ses fonctions, il supervise la direction de recherche du programme et les activités en lien avec ce dernier. Il est aussi codirecteur de la Commission mondiale pour la gouvernance d’Internet. Plus récemment, il a été directeur de la Norman Paterson School of International Affairs (NPSIA) et continue d’occuper les fonctions de professeur émérite à l’Université Carleton d’Ottawa, au Canada.

Sous sa direction, la NPSIA s’est forgé une réputation de chef de file canadien dans le domaine des relations internationales, ce qui a permis d’accroître le nombre d’étudiants et de membres du corps enseignant, de même que les budgets de recherche. M. Hampson a joué un rôle crucial dans la création d’approches d’apprentissage collaborative en ce qui a trait à la sécurité internationale à la NPSIA et dans l’établissement de nombreux nouveaux centres de recherches à l’Université Carleton.

M. Hampson est titulaire d’un doctorat de l’Université Harvard, où il a aussi obtenu sa maîtrise ès arts. Il détient de plus une maîtrise ès sciences en économie de la London School of Economics et un baccalauréat de l’Université de Toronto. Membre de la Société royale du Canada, il a reçu de nombreux prix et honneurs par le passé, notamment un prix en recherche et rédaction de la fondation John D. et Catherine T. MacArthur et la bourse de recherche de niveau supérieur Jennings Randolph décernée par la United States Institute for Peace, un laboratoire d’idée impartial financé par le congrès situé à Washington, D.C. Il a aussi enseigné en tant que professeur invité à l’Université de Georgetown.

M. Hampson est l’auteur et le coauteur de 10 livres, de même que l’éditeur ou le coéditeur de 26 autres volumes. Il a en outre rédigé plus de 100 articles et chapitres de livre traitant d’affaires internationales. The Global Power of Talk (écrit en collaboration avec I. William Zartman) a été publié en mars 2012. Son plus récent ouvrage, rédigé en collaboration avec Derek Burney, s’intitule Brave New Canada: Meeting the Challenge of a Changing World.

Ancien conseiller principal à la United States Institute of Peace, M. Hampson est membre du comité directeur du programme en négociations internationales de la Netherlands Institute of International Relations (Clingendael Academy). Il siège aussi au comité du Conseil consultatif international de la Korea National Diplomatic Academy, en plus d’agir en tant que consultant auprès de l’International Peace Academy de New York, du Social Science Research Council de New York, de la Commission sur la sécurité humaine des Nations Unies, de la Fondation Rockefeller, de la Dotation Carnegie pour la paix internationale, de la Fondation MacArthur, du Centre de recherches pour le développement international et d’Affaires étrangères et Commerce international Canada. Il a fait partie au conseil de la Fondation en sciences sociales de la Josef Korbel School of International Studies de l’Université de Denver, coprésidé le Centre Pearson pour le maintien de la paix, et siège actuellement au conseil d’administration du Centre parlementaire, à Ottawa. M. Hampson a présidé le volet Sécurité humaine du Processus d’Helsinki sur la mondialisation et la démocratie, une initiative conjointe de la Finlande et de la Suède, en plus d’être coordonnateur des institutions internationales et du contenu sur la coopération internationale dans le cadre du Sommet international sur la démocratie, le terrorisme et la sécurité organisé par le roi d’Espagne, qui s’est déroulé du 8 au 11 mars 2005 à Madrid.

M. Hampson apporte fréquemment sa contribution aux médias nationaux et internationaux à titre de commentateur. Ses articles sont entre autres apparus dans les pages du Washington Post, du Globe and Mail, du magazine Foreign Policy, du Ottawa Citizen, et d’iPolitics. Il apparaît fréquemment sur les réseaux CBC, CTV et Global news.

JOHN HANNAFORD

image de John HannafordLe 7 décembre 2018, le premier ministre a nommé John F.G. Hannaford au poste de Sous-ministre du Commerce international, à Affaires mondiales Canada. Sa nomination est entrée en vigueur le 7 janvier 2019.

De janvier 2015 à janvier 2019, M. Hannaford a été conseiller en matière de politique étrangère et de la défense auprès du premier ministre et sous-ministre, au Bureau du Conseil privé du gouvernement du Canada.

Jusqu’en décembre 2014, M. Hannaford était secrétaire adjoint du Cabinet, Politique étrangère et défense, au Bureau du Conseil privé. Avant décembre 2011, il a été ambassadeur du Canada en Norvège. Pendant deux ans, il a aussi été directeur général des Affaires juridiques du ministère des Affaires étrangères et du Commerce international. Comme membre du service extérieur canadien, M. Hannaford a eu de nombreuses affectations à Ottawa et à l’ambassade du Canada à Washington au cours des premières années de sa carrière.

Hannaford est titulaire d’un baccalauréat ès arts en histoire (mention très honorable) de l’Université Queen’s à Kingston, en Ontario. Après avoir obtenu une maîtrise ès sciences en relations internationales de la London School of Economics, il a obtenu un baccalauréat en droit de l’Université de Toronto et a été admis au Barreau de l’Ontario en 1995.

En plus de son travail de fonctionnaire, M. Hannaford a été professeur auxiliaire à la Faculté de droit et à l’École supérieure d’affaires publiques et internationales de l’Université d’Ottawa.

ELIZABETH MAY

image de Elizabeth MayElizabeth May est la chef du Parti vert du Canada et la première candidate du parti élue à la Chambre des communes. Elle représente la circonscription de Saanich-Gulf Islands dans le sud de l’île de Vancouver. Elizabeth est une environnementaliste, une auteure, une militante et une avocate qui se consacre depuis longtemps à la défense de la justice sociale, de l’environnement, des droits de la personne et des solutions économiques pragmatiques.

Après avoir obtenu son diplôme en droit de l’Université Dalhousie, Elizabeth a été reçue au barreau de la Nouvelle-Écosse et de l’Ontario et a d’abord occupé le poste de codirectrice du contentieux au Centre pour la défense de l’intérêt public, représentant des groupes de consommateurs, de lutte contre la pauvreté et d’environnementalistes. Elle a également travaillé de façon exhaustive avec les populations indigènes dans le monde, plus particulièrement en Amazonie, ainsi qu’avec les Premières Nations du Canada. Elle fut la première directrice exécutive bénévole de Cultural Survival Canada de 1989 à 1992 et a travaillé avec les Algonquins du lac Barrière en 1991 et 1992.

En 1986, elle a été nommée conseillère principale en politiques auprès du ministre fédéral de l’Environnement de l’époque, Tom McMillan. À ce poste, elle a joué un rôle de premier plan dans la création de nombreux parcs nationaux, notamment celui de la Réserve de parc national, réserve d’aire marine nationale de conservation et site du patrimoine haïda Gwaii Haanas. Elle a également participé à l’élaboration de nouvelles lois et de mesures de contrôle de la pollution, y compris le Protocole de Montréal visant à protéger la couche d’ozone. En 1988, elle a démissionné par principe lorsque le ministre a accordé une série de permis pour le projet de barrages Rafferty-Alameda, en Saskatchewan, dans le cadre d’un échange politique sans évaluation environnementale préalable. Les permis furent ultérieurement annulés par une décision de la Cour fédérale du Canada stipulant qu’ils avaient été délivrés illégalement.

En mars 2006, Elizabeth a démissionné de son poste de directrice exécutive du Sierra Club du Canada, un poste qu’elle occupait depuis 1989, pour se présenter à la direction du Parti vert du Canada. Au Congrès national du Parti vert du Canada, en août 2006, Elizabeth a remporté son pari et est devenue la dixième chef du Parti vert.

Elizabeth May a été nommée officière de l’Ordre du Canada en 2005, a été reconnue par les Nations Unies comme l’une des environnementalistes féminines les plus influentes au monde en 2006 et a été classée « parmi les femmes les plus influentes au monde » en 2010 par le magazine Newsweek. Aux élections fédérales de 2011, Elizabeth est passée à l’histoire en devenant la première candidate du Parti vert élue à la Chambre des communes.

Elizabeth est l’auteure de huit ouvrages dont le plus récent, Who We Are – Reflections of my Life and Canada (Greystone, 2014), est un succès de vente du Globe and Mail. 

HON. BARBARA MCDOUGALL

L’honorable Barbara McDougall a été députée de la circonscription de St. Paul’s (Toronto) de 1984 à 1993.  

Elle a été responsable des portefeuilles suivants pour le gouvernement de Brian Mulroney :

  •         - secrétaire d’État aux Affaires extérieures, du 21 avril 1991 au 24 juin 1993;
  •         - ministre de l’Emploi et de l’Immigration, du 31 mars 1988 au 20 avril 1991;
  •         - ministre d’État (Privatisation), du 30 juin 1986 au 30 mars 1988; 
  •         - ministre responsable de la Condition féminine, du 30 juin 1986 au 22 février 1990;
  •         - ministre d’État (Finances), du 17 septembre 1984 au 29 juin 1986.

 

En 2000, elle a été nommée Officière de l’Ordre du Canada.

ANNE MCILROY

Anne McIlroy est directrice des dons principaux à l’Université d’Ottawa.

Elle fait partie de l’équipe de l’Université d’Ottawa depuis 2012 après une brillante carrière en journalisme au cours de laquelle elle s’est notamment intéressée aux questions environnementales pendant plus de 10 ans.  

Correspondante nationale et journaliste scientifique pendant 16 ans au Globe and Mail, elle est la première femme dans l’histoire du journal à occuper le poste de chef du bureau parlementaire. Anne McIlroy a remporté de nombreux prix, dont 2 au Concours national de journalisme, en plus de réaliser des reportages partout au Canada ainsi qu’en Afrique, en Asie, en Amérique du Sud et au Moyen-Orient. Diplômée en journalisme de l’Université Carleton, elle a fait ses débuts au Ottawa Citizen, où elle couvrait les questions environnementales à partir du bureau national. Elle a aussi été journaliste environnementale au Southam News

En tant que directrice des dons principaux, elle soutient le président et le vice-président des relations externes lorsque vient le moment de concilier les passions et les intérêts des donateurs et les priorités de l’Université d’Ottawa.

JAMES MCILROY

image de James McIlroyEn 1990, James McIlroy a fondé le cabinet McIlroy & McIlroy, Counsel on Public Policy, afin de conseiller ses clients en ce qui a trait aux politiques publiques et au commerce international.

Sa carrière dans le monde du droit, du gouvernement et du commerce s’étend sur une quarantaine d’années. 

En tant que conseiller principal en politiques du sous-ministre du commerce international sous le gouvernement Mulroney, il a participé aux négociations de l’accord de libre-échange entre le Canada et les États-Unis dès leurs balbutiements. Il a de plus été impliqué dans les négociations de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA).

Aujourd’hui, il aide les entreprises canadiennes et internationales à gérer leurs enjeux de commerce international et à traiter avec les différents ministères et agences du gouvernement du Canada, y compris Affaires mondiales Canada et le Tribunal canadien du commerce extérieur (TCCE).

Il a écrit et parlé au nom de nombreuses organisations, notamment l’Institut de recherche en politiques publiques, le Journal of World Investment & Trade et le Global Trade and Customs Journal.

WILLIAM PRISTANSKI

image de William PristanskiDe 1983 à 1991, William Pristanski a occupé plusieurs postes supérieurs au sein du gouvernement du Canada.

Au cours des quatre premières années, il était adjoint exécutif du Premier ministre Brian Mulroney, avant de devenir successivement, au cours des cinq années suivantes, chef de cabinet du Solliciteur général, du président du Conseil du Trésor puis du ministre de l’Environnement. 

Dans ses fonctions de chef de cabinet du ministre de l’Environnement, il a mené l’élaboration de la politique du Plan vert du Canada et de la Loi sur l’évaluation environnementale puis le processus d’approbation de ces derniers par le cabinet. 

M. Pristanski a quitté le gouvernement du Canada en 1991 pour former un cabinet d’experts-conseils dans le domaine des relations avec le gouvernement. Il est ainsi devenu au cours des trente dernières années l’un des stratèges en affaires publiques les plus chevronnés et respectés du Canada. Il travaille comme conseiller en relations avec le gouvernement, sur lequel on peut compter, auprès de cadres supérieurs de plusieurs entreprises. Il offre des conseils à des sociétés nord-américaines sur la façon dont elles peuvent nouer des relations positives avec les gouvernements du Canada tant sur le plan fédéral que provincial et territorial. 

Il occupe actuellement le siège de président du conseil d’administration de la Fondation Terry Fox et compte parmi les membres du conseil des gouverneurs ainsi que du sénat de l’Université de Waterloo.

MICHAEL SABIA

image de Micheal SabiaEn tant que président et chef de la direction depuis mars 2009, Michael Sabia est responsable de la direction stratégique de la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) ainsi que de la croissance de cette dernière à l’échelle internationale.

Avant sa nomination, il a travaillé à Bell Canada Enterprises (BCE), où il a notamment exercé les fonctions de président et chef de la direction, de vice‑président exécutif et de chef de l’exploitation, ainsi que de chef de la direction de Bell Canada International. De 1993 à 1999, il s’est vu confier diverses responsabilités aux Chemins de fer nationaux du Canada, dont celles de chef de la direction financière. Il avait passé les dix années précédentes de sa carrière dans des fonctions de cadre supérieur au sein du gouvernement du Canada.

M. Sabia est bachelier en économie et en politique de l’Université de Toronto et détient des diplômes d’études supérieures en économie et en politique de l’Université Yale.

TAKI SARANTAKIS

image de Taki SarantakisTaki Sarantakis est président de l'École de la fonction publique du Canada depuis juillet 2018.

M. Sarantakis est arrivé à l'École après avoir travaillé comme secrétaire délégué au Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada de 2016 à 2018. Il avait auparavant occupé le poste de secrétaire adjoint, Secteur des programmes économiques, de 2013 à 2016. À ce titre, il était chargé d'offrir un soutien continu et des conseils à 28 ministères et organismes, à 15 sociétés d'État, ainsi qu'à un certain nombre d'administrations portuaires et aéroportuaires. Il a aussi conseillé les ministres du Conseil du Trésor dans des dossiers liés aux sciences et à la technologie, à l'environnement, au capital de risque, au développement économique régional, à l'infrastructure, aux ressources naturelles, au transport et à l'agriculture.

Avant son passage au Secrétariat du Conseil du Trésor, M. Sarantakis était sous-ministre adjoint, Politiques et communications, à Infrastructure Canada. Il a alors joué un rôle important dans la conception de politiques et la mise en œuvre de programmes pour le Fonds canadien sur l'infrastructure stratégique, le Fonds sur l'infrastructure frontalière, le Fonds sur l'infrastructure municipale rurale, toutes les initiatives liées au plan de 33 milliards de dollars de Chantiers Canada, et les programmes de relance annoncés dans le budget de 2009, qui totalisent 5 milliards de dollars, dont le Fonds de stimulation de l'infrastructure.

M. Sarantakis a obtenu le Prix d'excellence de la fonction publique en politiques en 2011 et a été récipiendaire d'une médaille du jubilé de diamant de la reine Elizabeth II en 2013.

Avant d'entrer au service du gouvernement fédéral, M. Sarantakis était candidat au doctorat au Département de science politique de l'Université de Toronto. Il est également titulaire d'un baccalauréat (spécialisé avec mention, 1992) et d'une maîtrise (1993) de l'Université York, à Toronto. Il est aussi diplômé du Programme de perfectionnement des administrateurs, offert par la Rotman School of Management en collaboration avec l'Institut des administrateurs de sociétés, pour lequel il détient le titre IAS.A.

ROBERT SLATER

image de Robert Slater

M. Robert Slater est professeur auxiliaire à l’École de politiques et d’administration publiques de l’Université Carleton. Il est également directeur administratif de l’Initiative de gouvernance réglementaire.

M. Slater a occupé plusieurs postes supérieurs au cours de ses 32 ans de carrière à Environnement Canada; il a en outre été sous-ministre adjoint principal pendant huit ans. Il a joué un rôle essentiel dans la création de la Table ronde nationale sur l’environnement et l’économie, de l’Institut international du développement durable ainsi que de l’Institut pour l’eau, l’environnement et la santé de l’Université des Nations Unies. Il a également joué un rôle de premier plan dans la renégociation de l’Accord relatif à la qualité de l’eau dans les Grands Lacs de 1978, des traités sur les pluies acides avec les gouvernements provinciaux ainsi que de l’Accord Canada–États-Unis sur la qualité de l’air, et du Plan vert. Il a dirigé les préparatifs liés au rôle joué par le Canada lors de la Conférence des Nations Unies sur l’environnement (« Sommet de la Terre ») qui s’est tenue en 1992 à Rio de Janeiro. Il a été responsable des mesures législatives menant à la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (LCPE) et à la Loi sur les espèces en péril (LEP); il a aussi dirigé l’élaboration de règlements limitant la quantité de plomb dans l’essence et harmonisé les normes d’émissions des automobiles avec celles des États-Unis.

De 1976 à 1982, il a présidé le Conseil de la qualité de l’eau des Grands Lacs de la Commission mixte internationale.

Après avoir quitté la fonction publique du Canada, il a fondé un cabinet de conseil à l’échelle internationale, il a été membre de la Table ronde nationale sur l’environnement et l’économie durant 6 ans; de plus, il agit à titre de membre du conseil et comme conseiller auprès de nombreuses organisations non gouvernementales. Avant d’entrer dans la fonction publique, il avait cofondé Pollutech, un cabinet d’experts-conseils en environnement.

Il détient des diplômes de l’Imperial College of Science and Technology, et a également été nommé membre de l’Ordre du Canada en 2009.

CATRINA TAPLEY

Madame Tapley a été nommée sous-secrétaire du Cabinet (Opérations) au Bureau du Conseil privé le 6 mars 2017. Auparavant, elle a été secrétaire adjointe du Cabinet, au Secrétariat de la politique du développement économique et régional.

Avant de travailler au Bureau du Conseil privé, Mme Tapley a travaillé à Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada de 2010 à 2016, comme sous-ministre adjointe principale, à Politiques stratégiques et de programmes, et comme sous-ministre adjointe déléguée. Elle était chargée de diriger la politique canadienne en matière d’immigration et de citoyenneté en ce qui concerne la sélection et l’admissibilité des résidents permanents, des résidents temporaires et des réfugiés, et d’aider tous les nouveaux arrivants à s’intégrer à la société et à l’économie canadiennes, notamment grâce à la citoyenneté canadienne.

En 2011, Mme Tapley a joué un rôle important dans la création et la négociation du Plan d’action Par-delà la frontière, au sein du groupe de travail du même nom. Ce plan d’action est une entente canado-américaine sur la compétitivité économique et la sécurité du périmètre.

Avant de travailler à Citoyenneté et Immigration, en 2011, Mme Tapley a occupé divers postes au Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada. Elle y a joué un rôle de premier plan dans le processus stratégique et législatif à l’égard de l’élaboration de la Loi fédérale sur la responsabilité. À titre de directrice exécutive de la Division de la sécurité et de la justice, elle était chargée de la gestion et de la surveillance financières de seize agences et ministères fédéraux différents, aux portefeuilles de la Sécurité publique et de la Justice.

Avant 2006, Mme Tapley a occupé divers postes de cadre chez Ressources humaines et Développement des compétences Canada et chez Pêches et Océans Canada.

MICHAEL WERNICK

image Michael WernickMichael a été nommé greffier du Conseil privé et secrétaire du Cabinet le 22 janvier 2016.

M. Wernick s’est joint à la fonction publique en 1981. Depuis lors, il a occupé des postes au sein de divers ministères et organismes, dont le ministère des Finances Canada, Consommation et Affaires commerciales Canada, et le Bureau du Conseil privé.

Il a été titulaire de plusieurs postes de la haute direction, y compris :

  • sous-greffier du Conseil privé et secrétaire associé du Cabinet
    (2014-2016),
  • conseiller principal au Bureau du Conseil privé
    (2014),
  • sous-ministre d’Affaires autochtones et Développement du Nord Canada
    (2006-2014),
  • sous-secrétaire du Cabinet, Planification et consultations, Bureau du Conseil privé
    (2003-2006),
  • sous-ministre adjoint et sous-ministre délégué à Patrimoine canadien
    (1996-2003).

M. Wernick est titulaire d’un baccalauréat et d’une maîtrise en économie de l’Université de Toronto. Il a siégé au Bureau des gouverneurs de l’Université Carleton de 2010 à 2017.

En 2012, M. Wernick s’est vu décerner la Médaille du jubilé de diamant de la reine Élizabeth II.

HON. WAYNE WOUTERS

image de Wayne WoutersL’honorable Wayne G. Wouters est conseiller en matière de stratégies et de politiques au sein de McCarthy Tétrault LLP. Avant de se joindre au secteur privé, il a été greffier du Conseil privé, secrétaire du Cabinet et chef de la fonction publique fédérale du Canada. Nommé par le premier ministre Stephen Harper, il a exercé ses fonctions du 1er juillet 2009 au 3 octobre 2014, moment auquel il a pris sa retraite de la fonction publique du Canada.

De 1997 à 2004, M. Wouters a agi comme sous-ministre de Pêches et Océans Canada, de Ressources humaines et Développement des compétences Canada et de Travail Canada.

De décembre 2004 au 30 juin 2009, il a été secrétaire du Conseil du Trésor.

M. Wouters a reçu un doctorat honorifique en droit de l’Université de la Saskatchewan en 2012, et de l’Université du Manitoba en 2016. En 2014, il a été nommé par le premier ministre à titre de membre du Conseil privé du Canada. Il a récemment été nommé officier de l’Ordre du Canada.

M. Wouters œuvre comme bénévole depuis de nombreuses années, et il a présidé la Campagne de charité en milieu de travail du gouvernement du Canada en 2004 ainsi que la campagne Centraide de la Ville d’Ottawa en 2007. En 2013, il s’est vu décerner le Prix André-Mailhot couronnant l’œuvre de toute une vie, soit la plus haute distinction décernée par Centraide. Il siège actuellement au conseil d’administration de Centraide/United Way Worldwide.

 

Retour vers le haut